Campagne de soutien au Centre Breslev Francophone

Aujourd’hui nous transmettons un message pour un campagne d’aide au centre Breslev Francophone de Jérusalem tenu par le Rav Ifrah.

Regardez, Donnez et partagez !

https://thechesedfund.com/cause/entretien-beit-hamidrash

Bonjour à tous!

Merci de nous aider à faire vivre le Centre Breslev; en effet aujourd’hui tout coûte et on a besoin de votre aide pour continuer à diffuser les cours extraordinaires des enseignements de Rabbi Nachman, transmis par rav Avraham Ifrah, ainsi que l’entretien du beit Hamidrash et toutes les autres activités en cours…

Qu’Hachem vous donne le mérite de participer à cette grandre mitsva de tsédaka pour aider Am Israel à travers la propagation de notre sainte Torah.

https://thechesedfund.com/cause/entretien-beit-hamidrash

Il n’y a pas d’endroits loin de Lui

Qu’est ce qu’on veut dire quand on dit qu’on se sent loin d’Hachem ?

Que signifie la notion de « loin » appliquée à Hachem, qui est absolument partout ?

Un des Noms que nous utilisons pour Hachem est « HaMakom » – La place/ l’endroit. Les Sages enseignent, « Il est la Place du monde mais le monde n’est pas sa place. » Toutes les lieux sont reliés à Lui mais il n’est pas confiné à un espace du tout.

Si je me sens loin, c’est parce que j’ai peut être oublié qu’Hachem est La Place du Monde – il n’y a pas d’endroits éloignés de Lui. Et si c’est le cas,  tout ce dont j’ai besoin pour me sentir proche de nouveau… c’est de me souvenir que juste ici, peu importe où je suis ou ce que je traverse, je suis déjà dans la Place où Il se trouve.

 

Le mois de Tevet, pour s’occuper des autres.

Donner la tsédaka est un acte de jugement puisque nous devons calculer/choisir à qui nous allons donner, comment, quand, combien, etc… La motivation la plus forte semble être l’empathie – la capacité de s’identifier à une personne et ressentir ses souffrances et émotions. Cela nous conduit à aider de n’importe quel moyen.

Parfois, le mieux qu’on puisse donner est un coeur ouvert et une oreille attentive, et ce n’est pas un petit cadeau, parce que parfois cet élan de sympathie donne suffisamment d’énergie à une personne souffrante pour sortir la tête de l’eau.

Le mois de Tevet est associé à la tribu de Dan, la dernière dans la lignée des tribus, les « cueilleurs ». Cela signifie qu’ils ont accueilli des Juifs qui avaient été éjectés de leurs tribus à cause de l’impureté ou d’un péché: ils les ramenaient dans le royaume de la sainteté. Ce mois est un moment idéal pour tourner notre regard vers l’extérieur pour trouver la personne laissée pour compte spirituellement ou psychologiquement qui attend juste que quelqu’un lui tende la main et la ramène.

 

Petite prière inspirée de cet enseignement: 

Hachem, de la même manière que je prie pour moi,

S’il Te plait, Donne-moi l’opportunité de prier pour mes frères Juifs, 

d’aider les égarés par mon attitude, mon coeur ouvert et ma joie d’être Juif.

 

Et toi, qui va tu aider ce mois-ci ?

 

Tu pries. Mais as-tu pensé à tes frères ?

Il était une fois, deux frères qui avaient grandi dans la plus grande misère. Lorsqu’ils eurent grandi, l’ainé décida de partir tenter sa chance dans une autre ville.

« Ne vous inquiétez pas » leur dit-il. Je ne vous oublierai jamais. « Dès que je commencerai à gagner de l’argent, je vous en enverrai. »

Mais son nouvel univers l’en détourna rapidement. Il travailla dur pour s’installer et commença à faire fortune, mais oublia vite sa promesse. La nouvelle de sa richesse parvint aux oreilles de son jeune frère qui pendant ce temps se démenait pour subvenir à ses propres besoins et ceux de son père vieillissant. Le cadet décida donc d’aller le retrouver pour lui demander de l’aide.

Au terme d’un long et difficile voyage, le jeune arriva à la somptueuse résidence de son frère. Mais le majordome refusa de laisser entrer le jeune homme en guenilles. « Annoncez à mon frère que je suis là ! cria-t-il. Il vous confirmera qui je suis. »

Reconnaissant la voix, l’ainé craignit qu’on ne l’assimile avec ce misérable. Quand le serviteur vient annoncer qu’une personne prétendant être son frère s’était présentée à la porte, il rétorqua: « Je n’ai pas de frère. ».

Le pauvre jeune homme s’en retourna donc sans un sou et l’ame en peine chez son père.

Plus tard, la même année, le fils riche apprit que son père était agonisant. Plein de remords et d’amertume, il se rendit au taudis qu’habitait sa famille dans l’espoir que son père le pardonnerait et le bénirait malgré tout. Luxueusement vêtu comme à son habitude, il frappa à la porte. Son jeune frère lui ouvrit sans dire un mot et le conduisit au chevet de son père.

« Père, c’est moi, votre fils ! dit-il en pleurant. Je regrette terriblement de vous avoir abandonnés. Pardonnez-moi ! Bénissez-moi.

– Un autre fils ? répondit le père d’une voie faible. Mais je n’ai qu’un seul fils… Si mon fils n’a pas de frère comment pourrais-je avoir un autre fils ? »

Pour recevoir la bénédiction de son Père, un Juif doit commencer par se définir lui-même comme frère des autres Juifs. En reconnaissant ce qui les lie les uns aux autres, les Juifs méritent leur titre d’enfants d’Hachem, qui est le Père aimant de tous les Juifs. C’est là le sens de la dernière bénédiction de la Amida, dans laquelle nous prions pour la paix: « Barékhénou Avinou Kéekhad – Bénis-nous, Père, comme si nous étions un. »

 

Extrait de la leçon du Jour 107 du livre « Priez avec Feu – 2 » du rav Heshy Kleinman

Hanouka, Un petit pas pour l’homme, Un grand pas pour l’humanité…

Cours Video du Rav Ifrah sur Hanouka tiré du Likoutey Halakhot de Rabbi Nathan d’après les enseignements de Rabbi NaHman !

Extraits :

« Ça commence demain avec le premier coup de manivelle offert par Hachem. Puis le deuxième soir, c’est 1 plus 1. Le troisième 1 plus 2, jusqu’au 8ème jour. Celui qui est au dessus de la folie de ce monde. Au dessus de télé 7 jours. Au dessus du canard enchaîné. C’est la libération. Croyez en vous. Vous êtes milliardaires. Ne vous découragez pas. La guerre est fini, ne quittez pas votre poste de combat maintenant, car c’est le moment de savourer votre victoire. La toupie va tout inverser. Virage a 360°. C’est le moment des cadeaux. On reprend l’antenne. Le capteur pour recevoir la bonne fréquence : la 1ere petite bougie de Hanouka. Le message radio : ‘’Je vous aime infiniment, sans conditions et je vous prend comme vous êtes’’. Nous et Toi, finalement, c’est une longue et belle histoire d’amour. Ne l’oublions pas. »

Faire sa part du travail

Même s’il est vrai que la lumière infinie d’Hachem s’étend à travers tous les éléments de la création, il y a des endroits où c’est particulièrement difficile à découvrir.
Rabbi NaHman enseigna que, dans ce genre d’endroits ou de situation ou d’état d’esprit, la lumière la plus haute et intense est disponible… à condition qu’on fasse suffisamment d’effort pour la trouver.
La Roi David disait «Fortuné est celui qui ne T’oublie pas et la personne qui lutte pour Toi.» De quoi parlait-il? Le Roi David parle de faire sa part de travail en luttant contre les ténèbres menant à l’oubli de D.ieu dans ces lieux éloignés. «Fortuné» signifie aussi «heureux» en hébreu.  En captant la lumière de D.ieu cachée dans vos tourments , Il vous remplira de joie.

Petite prière inspirée de cet enseignement:
Hachem !
J’ai parfois besoin de tant de forces
pour ce travail  de rapprochement de Toi
dans les endroits où Tu es si caché
S’il Te plaît, remplis moi de fermeté,
Courage et énergie,
Pour faire ce travail…
Parce que c’est vraiment le travail de tous les mondes.traduction libre de Breslov.org