La prière pour combattre l’Amalek d’hier et d’aujourd’hui.

Partagez! C'est pour bon pour la Néchama.

Pourim est le moment où nous réduisons la force de Haman-Amalek jusqu’à zéro. La valeur numérique du nom Amalek est de 240, le même que « mar », qui signifie en hébreu «amer».

Rabbi Nathan explique que la force intérieure d’Amalek qui affecte chacun d’entre nous s’exprime par un sentiment d’impuissance. Le « Amalek en nous » essaie de nous convaincre que D.ieu n’entend pas nos prières, puisque nous voyons que même si nous avons demandé de l’aide dans certains domaines pour ce qui semble être une éternité, nous ne voyons toujours pas de résultats.

Mais le Baal Shem Tov explique que la prière aide toujours immédiatement… son énergie pourrait bien ne pas avoir été dirigé vers l’objectif que nous avions fixé. Rabbi Nathan ajoute que la prière nous aide, quoiqu’il advienne car elle nous rapproche de Dieu et renforce notre lien avec lui, indépendamment des résultats visibles dans l’immédiat. C’est ce que la vie est vraiment: forger une connexion toujours plus profonde avec Dieu par des paroles sincères de prière et de remerciements.

Au fil de l’histoire de Pourim, la situation du peuple juif est devenu de plus en plus désespérée. Il a fallu que Mordehai et Esther nous incitent à croire en la puissance de nos prières, parce que nous sentions que nous étions « oublié de D.ieu ». Ils nous ont poussé à nous tourner vers Dieu et le décret-complot contre nous a été annulé.

Rav Nathan conclut: « Les mots des Tsadikim sont encore là pour nous inspirer à prier aujourd’hui. Nous devons conserver notre foi dans la puissance de nos prières capables de déplacer le monde entier. Si nous avions vraiment compris l’immense pouvoir de la prière, nous investirions notre énergies en elle et la délivrance serait arrivée il y a longtemps « .

 

Librement traduit de la newsetter « A Sacred Time » de Breslov.org.

Partagez! C'est pour bon pour la Néchama.

Laisser un commentaire