Le petit mot sur la paracha KiTissa avec le Rav Shimon Benyamine

Partagez! C'est pour bon pour la Néchama.

« וְעַתָּה אִם תִּשָּׂא חַטָּאתָם וְאִם אַיִן מְחנִ י נָ א מִסִּפְרְךָ אֲשֶׁר כָּתָבְתָּ »

Et pourtant, si tu voulais pardonner à leur faute!… Sinon efface-moi du livre que tu as écrit. »

Dans la paracha de la semaine, il y a un sous-entendu sur Rabbi Nachman (ן מְחנִ י נָ א je suis nachman) et D.ieu lui-même est témoin de la modestie de Moché Rabbénou comme il est écrit dans la torah.

Ce petit sous-entendu nous enseigne que le désespoir n’est qu’une fonction de notre pensée et n’existe pas.

Moché Rabbénou dit à Hachem  « je prends sur moi toute la responsabilité du peuple d’Israël  et si j’ai vraiment de la modestie, pardonne le peuple et si tu ne veux pas pardonner cela veut dire que je n’ai pas suffisamment de modestie et toute la faute revient sur moi et seulement sur moi. »

Ce sous-entendu expliqué dans le Likoute Moharane est un vrai renforcement qu’il n’y a aucun désespoir sinon « efface moi du livre que tu as écrit ».

Chabbat shalom de Jérusalem

Partagez! C'est pour bon pour la Néchama.

Laisser un commentaire