Faire sa part du travail

Même s’il est vrai que la lumière infinie d’Hachem s’étend à travers tous les éléments de la création, il y a des endroits où c’est particulièrement difficile à découvrir.
Rabbi NaHman enseigna que, dans ce genre d’endroits ou de situation ou d’état d’esprit, la lumière la plus haute et intense est disponible… à condition qu’on fasse suffisamment d’effort pour la trouver.
La Roi David disait «Fortuné est celui qui ne T’oublie pas et la personne qui lutte pour Toi.» De quoi parlait-il? Le Roi David parle de faire sa part de travail en luttant contre les ténèbres menant à l’oubli de D.ieu dans ces lieux éloignés. «Fortuné» signifie aussi «heureux» en hébreu.  En captant la lumière de D.ieu cachée dans vos tourments , Il vous remplira de joie.

Petite prière inspirée de cet enseignement:
Hachem !
J’ai parfois besoin de tant de forces
pour ce travail  de rapprochement de Toi
dans les endroits où Tu es si caché
S’il Te plaît, remplis moi de fermeté,
Courage et énergie,
Pour faire ce travail…
Parce que c’est vraiment le travail de tous les mondes.traduction libre de Breslov.org

Rabbi NaHman a dit ‘NON’ !

Rabbi NaHman enseigna:
« Parfois, il y a des gens qui s’approchent d’Hachem pendant une certaine période et qui, après coup, retombe – encore. Malgré cela, ce moment de proximité est très précieux pour Hachem même si par la suite ce qui arriva, arriva, D. nous pardonne. »
Ce court enseignement nous apporte tant d’espoir ! Parfois, je me décourage parce je vois que j’ai essayé de nombreuses fois de m’améliorer dans mon rapport avec Hachem, mais qu’après une courte de période de succès, je ne tiens pas. Ai-je perdu mon temps et mon énergie ?
Rabbi NaHman dit, « NON! » Même si cela ne dure pas, chaque pas dans la croissance spirituelle a une valeur éternelle. Ces moments, ces jours ou années – peut importe leur durée – de proximité étaient réels, ils étaient un accomplissement en soi même si je suis retombé.
En sachant cela, cela me donne encore plus de force pour recommencer.
Petite prière inspirée de cet enseignement:
Hachem, Merci !
Pour donner de la valeur à ces petits moments de changement
même s’ils n’ont été que temporaires.
S’ils ont été précieux à Tes yeux, 
cela veut dire qu’ils en valaient vraiment la peine.
S’il Te plait, aide-moi à me souvenir de chacun de ces moments
Basé sur SiHot Haran 123.
Traduction libre autorisée de Breslov.org.

Partage tes richesses !

Ce n’est pas toujours facile de me motiver moi-même. Cependant je trouve plutôt aisé d’encourager les autres. C’est parce que « une personne ne peut pas se libérer de prison elle même » – mon ami est emprisonné dans sa situation et la clé est en dehors. Il ne peut donc en ouvrir la porte, moi oui.
Rabbi NaHman enseigna que quelque chose de spécial intervient lorsqu’on fait l’effort d’aider quelqu’un à sortir de son état d’esprit négatif, de sa morosité. On vient avec de nouvelles idées, des mots, des stratégies pour l’aider… et on découvre plus tard que notre coeur s’est ouvert et que nous ne sommes plus « à la même place » qu’avant cet acte. En réalité, en aidant les autres, on s’aide soi-même.
Petite prière inspirée de cet enseignement
Hachem !
Aide-moi à avoir une oreille attentive, un coeut ouvert et l’esprit vif afin d’être créatif et utile quand je rencontre une personne bloquée et loin de Toi.
Donne-moi de bonnes idées pour les aider, peu importe où ils sont tombés.
Et s’il Te plait, Aide-moi, pour que ces ouvertures que j’ai pu partager me ramènent à Toi quand j’aurais besoin de trouver mon chemin.

L’eau claire est-elle bonne ?

Lorsqu’on fait chauffer de l’eau et qu’elle commence à bouillir, toutes les saletés remontent à la surface. Il faut alors prendre une passoire pour les ôter. Au départ, on avait l’impression que cette eau claire était propre, mais après l’avoir fait bouillir, on se rend compte  qu’elle n’était pas tout à fait nette.

Il en est de même avec l’homme qui cherche à se rapprocher d’Hachem. Au départ, le bien et le mal sont mélangés en lui et il ne ressent pas ses défauts. Lorsqu’il mérite de rapprocher du Service Divin et du Tsaddik, il commence à se purifier, alors le mal remonte à la surface et il ressent pleinement ses défauts et mauvais désirs. Il faut qu’une personne lui retire les impuretés qu’il a en lui.

On pourrait tout retirer de suite mais on déracinerait alors aussi son esprit. En effet, son impureté y est collée et le bien et le mal encore mélangés. C’est pour cette raison qu’il faut faire preuve de patience jusqu’à mériter la vraie purification.

Extrait de Sihot Haran 80.

 

Prière inspirée de cet enseignement:

Hachem ! Je veux me rapprocher de Toi ! J’ai senti ta présence, j’ai vu le Emet (la vérité).

Je sens mes impuretés et mes défauts manipulés par le mauvais penchant.

Aide moi à utiliser les qualités et les forces innées et acquises que tu m’as données pour l’affaiblir et enfouir ces défauts dans le passé.

Aide moi à combattre le « Tout, tout de suite » de notre génération et acquérir la patience et la sagesse du Tsaddik.

 

NouveauX CommencementS

Peu importe ce que j’ai pu faire, peu importe ce que j’ai vécu… l’important est de commencer de nouveau – maintenant.

 

Et ce n’est pas suffisant de recommencer seulement une fois. Au moment où je me sens bloqué par ce que j’ai pu faire dans le passé (y compris les 5 dernières minutes), par ce que j’ai pu faire de mal ou de travers, je dois prendre une longue inspiration et dire: « Je vais commencer cette minute comme quelqu’un de nouveau, comme si c’était ma première respiration. » Et recommencer si besoin est sur le moment ou les prochaines fois.

Rabbi NaHman disait qu’il avait des jours où il devait « recommencer » plusieurs fois.

Si c’était une réalité pour un tsaddik comme lui, ne l’est ce pas pour moi aussi ?

Petite prière inspirée de cet enseignement:
Hachem ! Tu renouvelles l’univers constamment.
S’il te Plait, rempli d’une nouvelle envie de vivre
Pour que je puisse recommencer maintenant
et laisser derrière moi toutes les promesses faites à moi-même
et à Toi.
S’il te Plait ! Aide moi à commencer…
autant de fois qu’il le faudra !
Traduction libre et autorisée de Breslov.org

🗣 Mon Yetser vient du perfectionnisme – Rav Ifrah

La Techouva c’est d’accepter qu’Hachem m’a créé et que c’est ce que je suis qu’il attend de moi et non une mascarade virtuelle, là ou je suis avec mes capacité, Hachem est avec moi et se glorifie de tout ce que je fais même si d’après les critères de perfection je me trouve très loin, si Hachem voulait de moi un être parfait il m’aurait fait parfait je ne suis qu’une créature heureuse de ce qu’elle est. (Likoutey Moharane 49 Leçon 176).

 

Mon Yetser vient du perfectionnisme. 30-10-016 from www.Breslev.fr R. Avraham Ifrah on Vimeo.

Quoi faire si le feu de nos prières nous semble retomber, moins vif ?

Les fêtes de Tichri sont passées et le marathon de prières aussi. Nous allons passer des journées intenses, rythmées et émouvantes de ces fêtes au mois de Hechvan nommé aussi « Mar-Heshvan »  (« Mar » = Amer) car seul mois n’ayant pas de fêtes. Comment passer de cette proximité avec Hashem acquise entre Eloul et la fin de SimHa Torah, des Slihot à Souccot, de Roch Hachanna à Kippour à cette « éloignement » imposé ? N’allons-nous pas avoir besoin d’une sorte de roue de secours spirituelle ? Quoi faire si le feu de nos prières nous semble retomber, moins vif ?

La bonne nouvelle c’est la période que nous venons de passer a développé notre capacité à nous connecter avec Hashem. Si on arrive à garder la sagesse acquise, on pourra la transformer en énergie pour surpasser ses barrières spirituelles. C’est une période durant laquelle nous devons être capable de puiser dans nos capacités pour prier avec plus d’attention, de concentration.

Être conscient de ces obstacles est déjà une première étape.

Dans la 1ere leçon du 2ème volume du Likouté Moharane, Rabbi NaHman révèle 3 obstacles qui inhibent notre capacité à nous connecter avec Hachem pendant la prière, et ils sont liés à 3 mauvaises midots (trait de caractère).

La Haine

« Ne méprise personne. » – Pirké Avot. Lorsqu’on regarde l’autre comme inférieur, nous détestons, sommes irrités ou bien méprisons l’autre, notre capacité à prier est gravement endommagée. On manquera de la capacité à voir « Tselem Elokim », la parcelle, la source divine des autres. Et on ne sera pas non plus capable de reconnaitre la nature précieuse de notre propre âme.

Une foi incomplète

Quand on a une Emouna incomplète et qu’on est rempli de doutes qui nous empêchent de croire qu’Hachem écoute réellement nos prières, nous ne sommes pas non plus capables de prier de tout coeur. Rabbi NaHman nous dit qu’une foi incomplète c’est presque de l’idolatrie. Il nous dit aussi que « Une parcelle Divine est le point important de chacun à Ses Yeux. » On est important pour Lui et Il écoute et demande même nos prières. La Foi et une croyance forte sont des éléments essentiels de la prière.

Ne pas valoriser le spirituel

La promiscuité hommes/femmes et l’immoralité – qui peut conduire à des sentiments de dépression, d’inutilité, et l’éloignement de son soi spirituel – peuvent rendre la prière hors de notre portée. En regardant nos corps et nos désirs corporels comme les forces dominantes de nos vies, et en regardant les autres comme des êtres physiques d’abord et spirituels ensuite (voire pas du tout), nous stoppons notre croissance spirituelle et notre connexion avec Hachem.

Mais la bonne nouvelle est que, même si ceux-ci ou d’autres obstacles à la prière sont présents, il est jamais trop tard pour se rapprocher d’Hachem.

Hitbodedout

Parlez avec Hachem avec vos propres mots de vos difficultés à prier et demandez-Lui de vous aider à accomplir ce qu’on a besoin durant les jours plus difficiles. Dites Lui que vous êtes prêt à changer et grandir spirituellement et demandez-Lui de vous assister.

Demandez à Hachem de vous aider à voir la parcelle Divine de votre voisin bruyant, à reconnaitre Sa Main dans un nombre croissant de moments de votre vie, à voir plus de spirituel que de physique et matériel.

Vous pouvez, enfin, parler/priez Hachem à propos de tout, de vous aider à propos de tout. Y compris de vos difficultés à prier !

 

 

Adaptation et traduction libre de http://www.breslov.org/what-stops-you-from-really-praying/

Hilloula de Rabbi NaHman, Gardons son feu 🔥 !

Cher Breslever,

Aujourd’hui, le 18 Tichri, il y a 206 ans, une lumière 🕯 s’est éteinte de ce monde physique. A cette époque, à part ses Hassidim 👏🏻 , la plupart des gens pensaient que comme beaucoup d’autres Tsadikim, Rabbi NaHman serait enterré et sa mémoire s’effacerait lentement de la conscience des hommes.

Cependant, Rabbénou déclara presque prophétiquement quelque chose de complètement différent. Quelque chose qu’on n’avait pas entendu dans toute l’Histoire du peuple Juif:  » Mon feu 🔥 brulera jusqu’à la venue du Mashia’h! ».

Nous pouvons voir la véracité de cette déclaration avec nos propres yeux. Il y a quelques semaines, environ 60000 Juifs de toutes origines et de tous les recoins du monde ont voyagé vers la petite ville d’Ouman en Ukraine  🇺🇦, pour passer Roch Hachana avec Rabbi NaHman. Plus de deux siècles sont passés, mais les mots et les enseignements de Rabbi NaHman restent toujours d’actualité, à jamais applicable dans notre quotidien.

En effet, quiconque a lu quelques mots  de Rabbi NaHman sent qu’ils lui sont directement adressés. Avec une clairvoyance hors du commun, il a su mettre le doigt sur les épreuves de notre monde moderne: l’éclatement des relations familiales et personnelles, la croissance de la dépression ☹, de l’anxiété  et autres désordres psychologiques, la dépendance aux médicaments 💊 , à l’alcool 🍸 et autres « diversions » de l’âme ou le vide existentiel que nous ressentons tous, malgré un niveau de vie et un confort matériel 💸 qu’aucune génération n’a jamais connu.

Rabbi NaHman nous encourage continuellement et ne blâme jamais. Même une personne qui se sent « corrompue » , au plus bas possible spirituellement ou matériellement au point qu’elle sent qu’elle ne pourra jamais se relever, Rabbi NaHman assure, « Le désespoir n’existe pas. Chaque jour, 🔃 tu as le pouvoir de commencer de nouveau.  »

Même si Rabbénou n’est plus de ce monde, il est très vivant à travers ses enseignements de Torah. En fait, on peut même dire que son influence est encore plus grande qu’en sa génération – qui ne manquait pourtant pas de leader.

Si vous souhaitez prendre part à la diffusion des enseignements ou partager votre étude des enseignements de Rabbi NaHman, n’hésitez pas à nous contacter par mail: chalom@laquotibreslev.org

Tiens toi et ne fais pas. Rabbi NaHman nous explique l’essence de la Téchouva !

Si je me surprend à avoir un comportement négatif ou une mauvaise pensée, que dois-je faire ?

Rabbi NaHman offre un conseil simple: Ne fais pas.

Nos sages nous disent: « Rester assis et ne rien faire est parfois préférable. » Parfois, mon besoin profondément enraciné à agir dans ce monde de l’action peut me séduire.

Si je sens que je suis dans un cycle négatif, je n’ai pas forcément besoin d’agit pour en sortir. Parfois, j’ai juste besoin d’arrêter de « faire ». Laisser partir cet acte négatif, laisser passer cette pensée négative. Apprendre à les laisser partir seuls.

Rabbi NaHman explique que c’est l’essence de la Téshouva – apprendre à être au même endroit, dans la même situation, mais cette fois… s’accrocher et ne pas faire.

 

 

Prière inspirée de cet enseignement:

Hashem ! Tu m’as créé et a fait de moi une personne active dans un monde d’action. S’il Te plait, Aide-moi à me retenir quand c’est nécessaire… à retenir ma pensée quand c’est nécessaire. De cette manière, au moins, je ne me plongerais pas moi-même des des pensées ou actes négatifs alors que j’y suis déjà. S’il Te Plait, Aide-moi à ne pas faire; parce que parfois c’est le meilleur chemin à prendre.

Traduction libre autorisée de Breslov.org