[Livre] Le Jardin de la Paix – Rav Arush

Partagez! C'est pour bon pour la Néchama.

Couverture du livre le Jardin de la paix

Même si c’est un livre recommandé lors de la préparation au mariage, on n’en comprendra la portée qu’après avoir vécu ses premiers mois de couple pour maintenir son Chalom Baït.

Les 2 premiers chapitres “Trouver son conjoint” et “Guide des fiançailles” présentent l’essence du mariage selon la voie de la Torah.

Le reste, ou plutot la plus grande partie, est un vrai guide, à lire, relire et idéalement à transmettre à notre entourage (même ceux qui vivent en apparence en pleine osmose). Prenez des notes, mettez-les en applications.

Les +

  • Écriture simple, facile à lire.
  • Causes et conséquences clairement définies et propositions concrètes pour changer les choses.
  • Version “réservée” aux hommes (existe en version femme)
  • Tellement d’actualité.

On trouvera sur le site de Breslev.co.il des extraits de 10 chapitres du livre.

Morceaux choisis

  • Savoir quels sont mes devoirs et les respecter sans s’occuper des devoirs de l’autre, de savoir s’il les remplit ou non car je négligerais alors ma propre tache et en observant ce que l’autre ne réalise pas, parviendrai à la frustration, la brouille et la dispute.
  • La critique est interdite, la femme est trop sensible et est immédiatement atteinte dans son honneur: toute femme veut être considérée comme parfaite aux yeux de son mari. Il en dépend sa joie et sa confiance en soi.
  • Pourquoi D… créa-t-il la femme si sensible à la critique ? Non pas parce qu’il veut que le mari critique et corrige sa femme mais pour qu’il se corrige lui-même.
  • La paix domestique passe avant tout. Avant les enfants: il ne faut pas intervenir lorsque la femme s’en prend verbalement à ses enfants car ils pardonnent facilement leur mère mais n’oublient pas la vision de leurs parents se disputant.
  • La paix domestique passe avant tout. Si le mari décide de faire téchouva, il ne doit pas forcer sa femme à le suivre. Il faut amener les choses graduellement et ne pas se bruler les ailes en tachant d’évoluer constamment mais prudemment.
  • Si une femme a l’impression de ne pas être la chose la plus importante cela se traduit par des reproches, exigences, etc…
  • Quand l’homme accuse quelqu’un de ses maux (femme, parents, rav, psy…) c’est de l’athéisme.
  • Freiner la dispute. La femme n’est pas conciliante de nature. C’est pourquoi elle a beaucoup de mal à accepter les efforts de rapprochement même si en son fort intérieur elle espère vivre pacifiquement avec son mari.
  • Attention à la tentation de vouloir tout régenter à la maison et de devenir un tyran inspirant la peur à sa femme et ses enfants.
  • Le mari n’a pas le droit de raconter à ses parents (ou amis) ce qui se passe entre lui et sa femme car il transgresse les interdits de médisance.

 

Projet de convalescence

  • Travailler sur soi et sa foi
  • Etude: apprendre les règles de la paix domestique et les bases de la vie juive (Cacheroute, Nidda, Chabbat)
  • Examen de conscience et repentir
  • Introspection (méditation sur ses zones d’erreurs) et Hitbodedouth
  • Repéter
Partagez! C'est pour bon pour la Néchama.

Laisser un commentaire